R-C Reptiles

Forum visant à partager le hobbie de la terrariophilie
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Article reptilmag numèro2:le gecko léopard

Aller en bas 
AuteurMessage
Loïc

avatar

Messages : 664
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 34
Localisation : Quièvrain

MessageSujet: Article reptilmag numèro2:le gecko léopard   Dim 18 Sep - 11:05

La saga d'un lézard de compagnie



Le gecko léopard,Eublepharis macularius,est l'espèce qui a connu l'une des plus fantastiques progressions de l'histoire de la terrariophilie.
L'importation des premiers spécimens en provenance du Pakistan eut lieu dans les années 70.
A cette époque,ce lézard était considéré comme une rareté.
Les connaissances à son sujet étaient tellement embryonnaire que les auteurs du célèbre Guide du Terrarium,publié à la même époque,écrivaient que la biologie de sa reproduction était mal connue.
Voilà qui peut laisser rêveur à l'heure actuelle,si l'on considère les dizaines de milliers de gecko léopard qui naissent chaque année dans les élevages,et illustre bien l'évolution qu'a connue la terrariophilie en l'espace de quelques décennies...!


Toujours est-il que la saga de notre petit gecko ne faisait que commencer et l'une des étapes décisives fut la publication en 1979 dans la revue international Zoo Yearbook d'un article de Thorogood et Whimster,qui décrivait les conditions de maintenance et de reproduction du gecko léopard en captivité.
Depuis,la popularité de ce lézard n'a fait que croître,tant il s'est révélé facile à élever et familier.

Eublepharis macularius appartient à la famille des Eublépharidés,sous famille primitive de geckos,dont les représentants se caractérisent par la présence de paupières mobiles.
C'est un lézard long d'une vingtaine de centimètres,assez corpulent,doté d'une queue en forme de massue.
Les mâles se reconnaissent facilement à leur constitution plus massive,notamment au niveau du cou,et à leurs pores préanaux ainsi qu'à leur renflement hémipéniens (petites boules situées sur la face ventrale à la base de la queue).
La coloration typique est beige ou jaune vif,rehaussée de taches gris foncé dont les formes évoquent la robe des léopards.
De nombreuses mutations ont été sélectionnées par les éleveurs,qui peuvent affecter aussi bien la coloration que la forme des taches(voire leur présence).
On peut notamment citer:
-Les "high yellow",jaune vif avec un marquage très réduit.
-Les "golden",où la couleur de fond est doré,pratiquement sans taches.
-Les "leucistiques" jaune pâle uniforme,avec la tête et la queue blanche.
-Les "black" uniformément noirs,cette mutation est encore très rare.
-Les "blizzard" uniformément blancs,cette phase est encore moins courante que la précédente et atteint encore des prix faramineux à l'heure ou nous écrivons ces lignes (1500$ le spécimen).
-Les "albinos" à la coloration orange pâle et aux yeux rouges.
-Les "ligné" qui présentent des lignes longitudinales à la place des spots habituels.

Originaire du Pakistan,de l'Afghanistan et du nord-ouest de l'Inde,le gecko léopard fréquente les zones semi-arides et se tient caché dans u n terrier ou sous les pierres durant la journée.
Au crépuscule,il part à la chasse et consomme toutes les proies à sa portée,depuis les invertébrés(insectes,araignées,scorpions),ainsi que de petits vertébrés(micromammifère et petit lézard).
si les femelles sont relativement pacifiques et peuvent cohabiter,les mâles adultes ne tolèrent aucun rival et ne doivent surtout pas être mis en présence.

En dehors de cet aspect,qui implique de ne loger ensemble que des couples ou des groupes composés d'un mâle et de plusieurs femelles,l'élevage du gecko léopard est très simple.
Pour un couple ou un trio un terrarium de 60x40x40 cm suffit largement.
Il sera de type désertique et devra comporter un certain nombre d'éléments que nous allons voir en détail et qui sont le chauffage,les abris,l'éclairage et le substrat.
Premier élément de base,le chauffage consiste en un câble ou une plaque de 25 à 30W,installé sous une partie du terrarium,pour chauffer un endroit précis du sol,afin de créer une zone chaude à 30-32°C et une zone fraîche à 25°C environ.
Ce dispositif permet aux animaux de réguler leur température interne en migrant d'une zone à l'autre.
La nuit,durant 10heures environ,le chauffage sera coupé ou réduit pour laisser la température redescendre à 20-22°C.
Les abris,au moins un pour chaque spécimen,seront constitués d'écorce de chêne liège.
Par ailleurs il est vivement conseillé de prévoir aussi un "abri humide",consistant en une boite en plastique fermée par un couvercle,percée latéralement et à demi-remplie de sable humide.
Cet abri sera précieux lors des mues ou en tant que site de ponte.
En plus des abris,il est utile de prévoir des perchoirs (branche,écorces en hauteur...) car les geckos apprécient de pouvoir grimper durant leur phase nocturne d'activité et l'on augmente ainsi leur espace vital à peu de frais.
L'éclairage fait aussi partie des paramètres essentiels et permet de reconstituer les cycles jours/nuits.
Concernant la nature même du matériel utilisé,certains soutiennent que ce point est sans importance et qu'il est superflu de prévoir des UV,puisque nous avons à faire à une espèce nocturne.
Mon expérience d'éleveur m'incite à émettre un avis différent,pour deux raisons.
J'ai plusieurs fois observé des femelles reproductrices ou des des jeunes qui sortaient délibérément de leur abri au beau milieu de la journée et venaient s'exposer aux rayons UV(pour la petite histoire,cela supposait qu'ils grimpent sur une branche).
Par ailleurs,j'ai constaté que les groupes de jeune qui étaient élevés avec un apport en UV avaient une croissance plus rapide et étaient plus vifs que les jeunes privés de ces rayons.
C'est pourquoi,il me semble préférable d'installer un tube diffusant des UVA et UVB ,qui servira pour l'éclairage à raison de 14heures par jour.
Rappelons que ces rayons,et surtout les UVB,permettent aux reptiles de synthétiser la vitamine D3,nécessaire à la métabolisation du calcium.
Le substrat constitue également un point important et éventuellement délicat.
En effet,il faut savoir que les gecko léopard,comme d'autres lézards,ont tendance à ingérer volontairement du substrat,et les individus carencés en calcium plus que les autres.
Le risque majeur est évidemment que ceci provoque une occlusion intestinale,soit parce que la quantité ingérée est trop importante,soit parce que le matériau n'est pas assez fin pour passer dans les voies digestives.
Pour éviter ce genre d'incident,qui se solde généralement par la mort de l'animal,il faut prendre deux précautions:
-éviter que les spécimens (les femelles surtout) puissent souffrir de carence en calcium.
Pour cela il suffit de type Reptisand ou Calcisand.
Proscrivez en tout état de cause des sables types quartzite,à la fois trop grossiers et abrasifs(engendrant des stomatites en cas d'ingestion).
Il est d'ailleurs assez affligeant que l'on trouve encore à l'heure actuelle des écrits préconisant ce type de substrat,rédigés à l'évidence par des gens mal informés...!
Les autres substrats,comme les éclats d'écorces ou de bois,peuvent aussi être envisagés mais sont moins attrayants sur le plan esthétiques et,surtout,permettent à certaines proies comme les teignes de se dissimuler rapidement et d'échapper aux geckos.
Bien entendu,il faudra aussi mettre à la disposition des animaux une gamelle remplie en permanence d'eau propre pour qu'ils puissent s'abreuver.

Sur le plan nutritif,les geckos léopard sont faciles à satisfaire,d'autant plus que le spectre nutritif est particulièrement large.
Cela étant,il existe un certain nombre de règles de base:la première consiste à varier autant que possible les menus,en proposant des insectes variés(grillons,criquets,sauterelles et,si possible,souriceaux).
Ce dernier aliment est le plus complet qui soit et s'avère particulièrement bénéfique pour les femelles reproductrices.
La seconde règle consiste à nourrir les proies au moins 24heures avant de distribution avec des aliments riches en calcium,notamment les croquettes pour chiens,la luzerne,le pissenlit,le trèfle,le cresson,les figues et la papaye.
Le but de cette opération de gavage est de leur conférer une valeur nutritive correcte.
Enfin,certains insectes pourront être donnés,mais de façon épisodique:les teignes de ruche,en raison de leur teneur en lipides excessive qui peut provoquer des troubles hépatiques,et les vers de farine,qui ont une teneur importante en phosphore et une faible teneur en calcium,et sont dotés d'une carapace dure à digérer.
Enfin,et bien que ce point fasse l'objet de discussion au sein de la communauté vétérinaire,une supplémentation occasionnelle des proies,à raison de deux fois par semaine,s'avère profitable,surtout dans le cas des jeunes et des femelles reproductrices.
On peut utiliser pour cela les produits vitaminiques et minéraux pour reptiles,du type REPTIVITE.
Il faut souligner que la qualité de la nutrition a une incidence directe sur la santé des spécimens et leurs performances en matière de reproduction.
Ainsi dans le cas d'un groupe correctement alimenté,le nombre de jeunes par femelle et par an est de l'ordre d'une quinzaine et le taux de fécondité des œufs est d'environ 90% alors que dans le cas d'une colonie nourrie uniquement de vers de farine,le nombre de jeune tombe à 10 par femelle,tandis que le taux d'œufs stériles grimpe à 50%.
Moyennant une bonne alimentation,le gecko léopard est certainement le lézard qui se reproduit le mieux en captivité.
Même si i l est mature dès l'âge de 10 mois,il est préférable d'attendre que les reproducteurs aient atteint les 18 mois avant de les mettre en présence,pour être sûr qu'ils aient achevé leur croissance.
La saison des reproductions démarre généralement vers mars et se termine en septembre-octobre.
Les accouplement se déroulent au crépuscule et durent quelques minutes.
Les pontes espacées de 3 semaines,démarrent environ 4 semaines après le premier accouplement et comportent deux œufs ovales,plus rarement un seul.
Entre 2 et 7 jours avant chaque ponte,les femelles cessent de s'alimenter.
Les œufs sont déposés pratiquement toujours dans l'abri humide précité,à l'aube ou en début de matinée.
Il faut les transférer en incubateur,à un taux d'hygrométrie d'environ 80%,à demi-enfouis dans la vermiculite humide(1 parts d'eau pour une part de vermiculite).
La température d'incubation est très importante à deux égards.
D'une part elle conditionne la durée d'incubation.
Plus elle est élevée,plus le développement est rapide.
A titre d'exemple,des œufs incubés à 31°C peuvent éclorent au bout de seulement 34 jours,tandis que ceux maintenus à 26°C peuvent mettre plus de deux mois à se développer.
D'autres part,la température détermine le sexe des embryons.
En effet le gecko léopard fait partie des premières espèces chez lesquelles le phénomène de TSD (Temperature Sex Determination) a été mis en évidence.
Contrairement à ce qui se passe chez les mammifères,dont le sexe est fixé dès la conception,le sexe des embryons de gecko léopard se détermine lors des premiers stades de l'embryogenèse,selon la température ambiante.
Concrètement,une température de 26 à 27 °C donnera presque uniquement des femelles,tandis qu'une température supérieure à 30°C générera des mâles.
Même si l'on veut obtenir uniquement des mâles,il est déconseillé de faire cuire les œufs,car au delà de 32°C,le risque d'obtenir des monstres ou de tuer les embryons est élevé.
Pour l'anecdote,lors d'une période de canicule,la température dans ms incubateurs avait atteint ou dépassé les 33°C.
Le résultat des cours des courses a été une mortalité élevée (50% environ).
quant aux nouveaux-nés,ils avaient tous des doigts surnuméraires ou des dessins anormaux.
Ceci dit,ces rescapés se sont révélés parfaitement viables et féconds.
D'ailleurs toute leur descendance était rigoureusement normale,ce qui prouve bien que les anomalies précitées étaient bien consécutives à la température d'incubation et non à un défaut génétique.
L'autre effet des températures d'incubation élevées est d'augmenter la quantité de mélamine (pigment noir) qu niveau cutané.
Ceci peut-être ennuyeux dans le cas de certaines mutations comme les High Yellow ou les Ghost,où le but recherché est précisément une réduction du marquage foncé,au profit d'une coloration de fond la plus uniforme et la plus pâle possible.
Dès lors,comment faire générer des embryons mâles,tout en respectant la coloration recherchée?
La technique consiste à exposer les œufs à une température de 32°C à raison de 12heures par jour durant les 14 premiers jours d'incubation (pour aboutir à des embryons mâles),puis à mener le reste de l'incubation à 26°C,pour diminuer le taux de mélamine fixée au niveau cutanée.
Les jeunes mesurent environ 8cm à l'éclosion et sont assez peureux durant leur quinze premiers jours.
Afin de tenir compte de ces tempéraments farouche,qui s'estompe rapidement,et leur éviter une concurrence alimentaire et des stress inutiles,il est préférable de les élever individuellement dans de petits de terrariums de 20/10cm.
Le premier repas,composé de petits insectes(grillons,criquets ou sauterelles) est généralement accepté après la première mue,soit 3 jours après l'éclosion.
J'ai cependant vu des juvéniles (rares) qui faisaient preuve d'une certaine originalité en s'alimentant le lendemain,voir le jour même de leur naissance.
Généralement,ils devenaient adultes très vite et restaient particulièrement goinfres.
J'ai aussi en mémoire le cas d'un mâle qui avait accepté son premier souriceau dès l'age de 3mois et s'était accouplé-avec succès- dès l'âge de six mois.
De tels phénomènes à pattes sont cependant peu courants.

Sur le plan pathologique,les geckos léopard maintenu dans des conditions correctes et bien nourris ne développent jamais de maladie.
Cependant,dans le cas de spécimens stressés ou maintenus dans un environnement sale,on observe parfois des cas de parasitoses internes,qui se manifestent par des troubles digestifs(diarhées,selles malodorantes,régurgitation des proies,amaigrissement).
Le cas échéant,il ne faut pas hésiter à consulter un vétérinaire.
A titre indicatif,l'un des produits les plus utilisés pour les parasites internes affectant les geckos léopard est le sacro-saint FLAGYL.

Enfin,il faut souligner que les geckos léopard font partie des lézards réellement familiers,pour peu qu'ils aient été manipulés-en douceur et régulièrement- suffisamment tôt(à partir de l'âge d'un mois).
Ainsi conditionnés,ils ne manifestent aucune peur de l'homme et acceptent la nourriture à la main.



Texte de Philippe Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Article reptilmag numèro2:le gecko léopard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit article sur le quotidien le progres jura
» article : de l'utilisation des vertus des plantes
» Noel corrompu ( article de Stéphane Laporte)
» Un article détaillé sur les bonsaï chinois
» article sur les roulottes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R-C Reptiles :: Aire de jeux :: Découvertes et Actualités-
Sauter vers: